Quelle réglementation concerne réellement le taxi moto à Paris ?

Taxi Moto scooter ParisContrairement à ce que l’opinion publique semble déclarer, le taxi moto à Paris ou ailleurs, n’est pas une dénomination correcte pour les métiers de taxi moto ou de taxi scooter sur http://www.bluebird-privileges.fr/. Ces moyens de transport appartiennent à la catégorie du transport des personnes et non des taxis, on devrait donc dire « transport de personnes à moto » et non taxi moto. En effet, la réglementation qui régit ces modes de transport est différente de celle qui régit le fonctionnement des taxis. Si on s’en réfère à la loi Numéro 95-65 du 20 janvier 1995, l’appellation taxi devrait uniquement être utilisée pour les véhicules automobiles. Ceux-ci doivent faire usage d’un dispositif lumineux à l’extérieur du véhicule, ainsi qu’un taximètre. De plus, les taxis sont les seuls véhicules autorisés à stationner sur la voie publique dans l’attente de clients. Ce sont là des contraintes et des privilèges auxquels ne sont pas soumis les motos et les scooters qui font le transport des personnes.

Les taxis moto à Paris ou encore les taxis scooters, qui sont des sociétés de transport de personnes, n’entrent donc pas dans la catégorie des taxis selon cette loi. Ces véhicules ne sont pas autorisés à héler des clients sur la voie publique, ils ne sont pas non plus autorisés à se stationner sur les emplacements destinés aux taxis. Dans ces sociétés, le client n’est pris en charge que s’il a préalablement effectué une réservation. C’est pour cette raison qu’il n’est pas possible de prendre un taxi moto dans la rue comme vous le feriez avec un taxi à quatre roues. Pour bénéficier d’une course avec ces véhicules, il faut effectuer une réservation à l’avance. Lors des contrôles de police, les agents demanderont au chauffeur de la moto ou du scooter une preuve de votre réservation.

Sur le plan pratique, dans la « vraie » vie, on observe que certains taxis moto à Paris sont garés au bord de la route, surtout à proximité des gares, des aéroports ou des hôtels, dans l’attente des clients. Il faut savoir que ces « taxis » sont en infraction de la réglementation. On note également la croissance des comptoirs de taxi moto qui sont de plus en plus nombreux dans les aéroports, par exemple à Orly. Ces comptoirs permettent aux usagers de faire des réservations, en évitant ainsi de se mettre en infraction. Afin de combler le vide juridique qui existe dans cette profession et dans les autres transports de personnes dans des véhicules à 2 ou 3 roues, et dans tout ce système en général, un projet de loi devrait bientôt être mis en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*